Members

SCOM Est Vendéen (Trivalis), France

IMPACTPaperRec / Études de cas / SCOM Est Vendéen (Trivalis), France
Cliquez pour voir plus :

DONNÉES GÉNÉRALES

SYSTÈME NATIONAL ET RÉGIONAL

La législation & cibles

Conformément à la législation Français, seulement des déchets « ultimes » (c’est à dire les déchets qui ne peuvent être récupérées dans les conditions actuelles de la techniques ou économiques sont autorisé à être mis en décharge). C’est la base pour la collecte sélective des recyclables des déchets tels que le papier afin de faciliter leur récupération et recyclage.
Communes ou groupements de municipalités1 devraient s’assurer la collecte et le traitement des déchets ménagers. Ils peuvent aussi être en charge des déchets commerciaux, si cela n’impose pas des contraintes techniques spécifiques et avec pas de risques pour les personnes et l’environnement. Prise en charge des déchets commerciaux se fait moyennant un supplément dont le calcul est fondé sur l’importance du service ou comme une somme forfaitaire en cas de petites quantités. La législation prévoit également pour intégrer un élément reposant sur des incitations dans le calcul des redevances des déchets. Outre les obligations légales de l’UE, la législation nationale sur l’énergie transition2, adopté en 2015, qui prévoit jusqu'à 2020 les services publics, les municipalités et les groupements de communes :
-réduire leur consommation de papier de bureau de 30 % en établissant un plan de prévention
-utiliser au moins 40 % de papier recyclé

Système de l’EPR

En France, il existe une législation nationale imposant EPR sur les producteurs d’emballages (y compris le papier et le carton d’emballage) et « papier graphique ». Deux organismes ont été créés pour les deux types de déchets – Eco-Emballages pour le conditionnement et Ecofolio pour le papier graphique. Trivalis a signé des accords avec deux d'entre eux et SCOM est membre de Trivalis.

Contexte régional

À la fin des années 1990, la Vendée était absente des installations de traitement des eaux usées. Des décharges privées ont été fermées, tandis que les établissements publics étaient peu nombreux et avec une capacité limitée. Dans ce contexte, les représentants élus de la région a créé une association paritaire afin d’explorer les options de traitement des déchets ménagers et assimilés et les possibilités de synergies / coordination au niveau de la région. En 2003, l’association nommée Trivalis devienne opérationnelle et reprend les compétences de traitement des eaux usées.  Dans les prochaines années, les installations publiques de traitement ont été construites partout dans la région, garantissant des solutions locales. L’objectif a été d’atteindre maximum matériel et récupération organique des déchets résiduels mélangés afin de réduire l’enfouissement. Préférence est donnée aux traitement mécanique-biologique lorsque la sortie (c’est à dire le matériel compost) est destinée à l’agriculture. Les installations de valorisation énergétique ne respectent pas l’acceptation par le public et tout projet de construction d’eux a été abandonnée.

Trivalis est un syndicat mixte regroupant les 282 communes vendéennes – soit directement ou par l’intermédiaire de grands regroupements de « intercommunales ».

Les municipalités ont des compétences de collecte et de traitement des déchets. En tant que membres de Trivalis, ils ont transféré le traitement de Trivalis. Cette compétence comprend le traitement lui-même, disposition de déchets ultimes, ainsi que transport, tri, compostage ou stockage.

SCOM Est Vendéen est une association de 4 intercommunales regroupant 40 municipalités. Il est en charge de la collecte des déchets résiduel, collecte sélective et la gestion des sites d’agrément civique sur son territoire. SCOM est membre de Trivalis, à qui elle a délégué des opérations de traitement des eaux usées.

Enregistrer

SYSTÈME DE COLLECTE DES DÉCHETS

Les déchets résiduels sont recueillis chaque semaine porte à porte dans un conteneur roulant de différentes tailles (80 – 660l). Tout d’abord, il est mis dans des sacs en plastique gris avant d’être mis dans le conteneur. La cotisation annuelle de déchets couvre 12 collections des déchets résiduels ; n’importe quelle collection supplémentaire est payée selon une grille tarifaire.
Des emballages recyclables (emballages papier et carton, bouteilles en plastique, flacons, boîtes métalliques, cartons à boisson) sont collecté une fois chaque deux semaines porte à porte dans des sacs en plastique. Autres papiers tels que journaux, magazines, brochures (papiers graphiques) est recueilli dans apporter conteneurs de banque. Verre emballage est également collectée dans porter récipients Banque semblables à celles pour le papier. En outre, il y a 4 yards de recyclage situés sur le territoire de SCOM, où les citoyens peuvent apporter leurs déchets carton grand. Utilisation de ces sites est possible au cours des heures d’ouverture aux citoyens et aux générateurs de déchets assimilés en petites quantités. Les utilisateurs doivent être en possession d’une carte d’accès spécial qui donne droit à 12 visites gratuites sur le site par an. Au-dessus de cette indemnité, chaque visite est contre un supplément.

(Via la taxe déchets incitative) ménages sont invités à trier leurs déchets organiques / jardin. Déchets de jardin (tontes de gazon, branches) peuvent être livrés à l’yard de recyclage et citoyens sont offerts à prix réduit spéciales pour composteurs maison.

Service aux citoyens :

N/A

Enregistrer

INFORMATION ET COMMUNICATION

Citoyens soient informés de collecte sélective par l’intermédiaire du site Web, guides annuels sur la collecte sélective, les signes sur les conteneurs, la distribution des calendriers annuels de collection, permanence téléphonique, bulletin trimestriel, déchets ambassadeurs. Il y a aussi des informations campagnes effectués collaboration avec Ecofolio et Eco-emballages – ces campagnes sont spécifiques pour le territoire de SCOM.

Enregistrer

EVOLUTION PAPIER & CARBOARD RECUEILLIES

Collection à amener les banques ne comprend que les quantités de papier graphique. Papier et carton d’emballage est inclus dans les chiffres des « Autres déchets collectés séparément » pour 2012 et 2013. En 2014 et 2015, la quantité d’emballages papier et carton dans le mélange de l’emballage a été estimée et incluse dans les chiffres pour la collecte de la DtD (pour 2012 et 2013 le montant de la PfR perçu DtD est égal à zéro).

On voit que la quantité de déchets collectés séparément est beaucoup plus élevée que la quantité de déchets résiduels et que le document représente une assez faible proportion des déchets collectés séparément.

Avec 56 % des papiers graphiques recueillies dans apporter Banque conteneurs représente encore une fraction importante du généré de papier et de carton. Emballage de petit papier collecté avec les autres emballages porte-à-porte représente 13 % du total papier et carton collecté et 18 % sont de gros morceaux de carton rigide recueillis en yards de recyclage.
Cependant, les tendances de consommation changent – moins de supports imprimés (journaux, magazines, etc.) sont consommées en raison de la numérisation, tandis que la consommation en carton est à la hausse (achats en ligne). C’est susceptibles d’affecter le ratio dans les années à venir et peut-être aussi d’avoir un effet sur l’infrastructure de collecte et les modes de collecte.

Enregistrer

PAPIER ET CARTON DÉCHETS DE TRAITEMENT

Papiers graphiques (auprès des banques de bring) va directement à une fabrique de papier (UPM – producteur de papiers graphiques) dans le Nord, avec pas de tri supplémentaires. Emballage en papier (des sacs jaunes) est tout d’abord triée d’autres emballages du sac jaune (métaux et matières plastiques) et va ensuite une usine de papier (Huhtamaki – producteur d’emballage fibre moulée). Une fabrique de papier (Smurfit Kappa-producteur d’emballage à base de papier), avec aucun tri supplémentaire va directement prélevé en yards de recyclage de carton.
87 % recueilli papier et en carton sont recyclés. La quantité trouvée dans les déchets résiduels est mis en décharge directement ; Il n’y a aucune séparation supplémentaire ou une tentative de récupérer le matériel.

Enregistrer

COÛTS ET REVENUS, RESSOURCES

Traitement et collecte des déchets sont financées par une redevance spécifique des déchets. Elle repose sur un principe de payer-comme-vous-throw depuis 2013, en intégrant une partie variable selon le nombre de fois, élimination des déchets sont effectuée (pas de volume ou poids). La taxe de déchets est composée de 2 parties :
-Correction : il correspond au service gestion des déchets et dépend du volume choisi pour le bac à déchets résiduel. Il comprend le service des 12 collections du bac de déchets résiduels et 12 visites à un emplacement d’agrément civique.
-Variable : cette partie repose sur les services supplémentaires qui doivent être utilisés et sont chargés de la collection 13e de la corbeille résiduelle et la 13e visite à un emplacement d’agrément civique.

Ménages sont donnés des conteneurs pour déchets résiduels qui ont une puce électronique. Les contenants sont recueillis par un camion qui est capable de lire la puce et faire un enregistrement du nombre de fois où qu'elles sont collectées. L’information est synthétisée dans une base de données.
La même grille des honoraires s’applique aux ménages et aux entreprises.
Le coût par tonne pour la collecte des déchets et le tri a été € 553,06 en 2012, alors que les revenus générés ont été 551,89 € par tonne de déchets. Le système était donc presque entièrement couvert (99,8 %). L’équilibre est similaire pour 2015.

Enregistrer

SATISFACTION DES INTERVENANTS

Citoyens semblent très satisfaits des services de gestion des déchets offerts par SCOM. La praticité, la fiabilité et l’efficacité des services, sont particulièrement appréciés (seulement un répondant était neutre en ce qui concerne cette caractéristique, tandis que le reste sont très positifs). Aussi, le reste des caractéristiques – bonne valeur pour l’argent et de haute qualité – sont vus sous un angle très positif avec plus de la moitié des personnes interrogées étant d’accord avec cette description. La transparence est la seule caractéristique pour laquelle l’accord des répondants n’est pas aussi forte, mais encore il n’y a aucun désaccord non plus et les opinions restent positifs.
 Les citoyens se déclarent bien ou très bien informés sur la façon de trier leurs déchets. Chacun d’eux a fait cette déclaration pour déchets généraux et tous sauf un – spécialement pour papier et carton. Quand on lui demande s’il existe des informations spécifiques sur le papier et les déchets en carton disponible, les avis sont plus partagés : 5 a répondu positivement, 5 – négativement et 3 ne savait pas. C’est peut-être en raison de la confusion liée au fait que dans SCOM et Trivalis en général, différents types de papier sont perçus différemment (papiers graphiques en apporter des conteneurs de banque, plus petit papier et carton d’emballage avec le reste des emballages métalliques et plastiques dans des sacs de porte-à-porte, et carton plus gros morceaux en yards de recyclage). Généralement, les citoyens considèrent l’information disponible sur le site Web de SCOM et leur municipalité, sur des tracts distribués à leurs boîtes aux lettres, ainsi que les informations dans les points de collecte (apportez des conteneurs de banque et recyclage yards) et imprimé sur les sacs pour la collecte sélective porte-à-porte.
Citoyens déclarent également qu’ils savent comment trier leurs déchets et qu’ils ont les moyens de le faire (en termes de temps, l’espace à la maison et infrastructures de collecte disponibles). Tous les répondants disent ils qu’ils trient toujours trier leurs déchets (on a répondu « très souvent » au lieu de « toujours »).

En plus de citoyens, aussi autres intervenants ont donné leur avis sur le système WM et services dans SCOM.  Aussi de leurs réponses, il semble qu’ils ont une opinion plutôt positive sur les prestations WM. La plupart de ces répondants soit fortement d’accord ou d’accord avec la liste des caractéristiques. La société WM semble avoir une attitude plus neutre (sa réponse a été « ni d’accord ni en désaccord » pour toutes les caractéristiques).

Enregistrer

PRINCIPAUX PROBLÈMES/DÉFIS

Le tourisme est le principal problème pour la collecte des déchets et la gestion dans SCOM. Pendant les vacances saison nombre de la population augmente considérablement et par conséquent aussi la quantité de généré des déchets. En outre, touristes venus d’ailleurs ne pas connaître le système de collecte et rarement la respecter. Il n’est pas nécessairement qu’ils ne sont pas conscients des problèmes environnementaux ou ne se soucient pas de la gestion des déchets, mais le système dans SCOM peut-être très différent de ce qu’ils sont habitués – par exemple en ce qui concerne la séparation entre l’emballage et au papier graphique.

Dans le cas contraire, même si plusieurs des intervenants ont mentionné d’impuretés et de la présence de matières autres que le papier, il n’y a faible teneur en impuretés / contaminations des rives apportez et pour le jaune sacs seulement 0,1 % rejets (moyenne pour 2015).

Jeter des ordures dans les conteneurs de banque apportez pour papier a été déclaré comme un problème.

Plus d’informations : Guénnaëlle LE HENRY
TRIVALIS – chef du département « tri »
guennaelle.lehenry@trivalis.fr
+ 33 2-51-451-420

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

X